Los glaciares

Publié le par nomade

A partir d'Ushuaïa, nous entrons dans la région des glaciers. Des glaciers qui reculent à vue d'oeil en laissant, à leur place, des lacs immenses.

balmaceda.jpg

Torres del Paine, El Calafate, El Chalten, des noms parmi tant d'autres.
De part et d'autre des Andes, tantôt au Chili, tantôt en Argentine, le sud de la Patagonie recèle des merveilles de la nature. Quels moments forts ! Comme nous sommes petits devant ces paysages grandioses, majestueux. Non, je n'exagère pas.

Tous les tons de bleu et de vert se concentrent ici.

moreno-2.jpg


Voyez ces lacs, cette glace qui expose tant de nuances de couleurs, ces glaciers suspendus, ces cascades, ces icebergs qui attendent les courants favorables pour s'échapper dans les rios et espérer aller naviguer, un jour dans l'océan.


iceberg.jpg


Ecoutez le bruit de ces rivières de glace. Vous pensez à l'orage qui approche ? Non, ces nuages qui dissimulent les sommets sont inoffensifs, ils apportent les cristaux de glace que le vent projettera sur votre visage. Ces roulements, ces craquements, c'est le glacier qui avance en bousculant la glace, cette masse solide qui se fend, se déchire. Un vrai chaos de failles, de blocs en déséquilibre. Parfois un pan se détache, s'écroule dans un fracas assourdissant. La vague qui en résulte s'étale en ondes, puis tout redevient calme et lisse jusqu'à la prochaine chute.


vague.jpg


Et puis, il y a ces aiguilles de roche difficiles à apercevoir entre deux passages de nuages. Mais quand par chance on a le grand beau temps, c'est une merveille. Ainsi le Fitz Roy, le Cerro Torre et son bonnet de neige et tant d'autres sommets déchiquetés qui se détachent dans le ciel parfaitement dégagé d'El Chalten.


fitz-roy.jpg


cerro-torre.jpg


Un peu moins de chance à Torres del Paine où les massives tours de granit "plantées" devant le lac d'un vert laiteux apparaissaient derrière un voile de brouillard.


torres.jpg


Mais le lendemain, la chance a souri...



cuernos.jpg














... et c'est sous le soleil que les Cuernos se dressaient et se reflétaient dans le lac,



























tandis que le rio Paine exécutait un Salto Grande en précipitant ses eaux turquoise vers le nadir dans un vacarme d'enfer et des vapeurs du diable  !


Chili-0596.jpg


Dans cette immensité minérale et glacée, la végétation se fraie une place. Coussins de mousses, de lichens, d'épines, arbustes rabougris, tout un éventail de verts, roux, jaunes tapisse le sol.


Les animaux sont là aussi.

condor.jpg
Les oiseaux : des petits, des gros dans le ciel (eh oui les condors !), des nandous et même des flamants roses dans les lagunes.










Les mammifères également : renards et surtout les guanacos.


guanacos.jpg



En bateau, à pied, en autobus, on se déplace sous la pluie, le soleil, les averses de glace et le vent omniprésent en janvier et février.



Que faudrait-il pour se lasser de tant de beauté ?



Publié dans Amerique du sud

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article